Les archives orales, de la proposopographie au monument commémoratif
2011
Florence Descamps

Extrait de : "Entre mémoire et histoire : écriture ordinaire et émergence de l'individu (édition électronique)"
Sous la direction de Nicole Lemaitre et Sylvie Mouysset
134e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Bordeaux, 2009
Éditions du CTHS
2011
p. 23-24
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Depuis une trentaine d’années, dans le sillage de l’histoire orale, un certain nombre d’institutions publiques et privées se sont lancées dans la constitution de corpus de récits de vie, enregistrés, recueillis auprès de leurs anciens employés, salariés, cadres ou dirigeants. Ces récits autobiographiques dirigés viennent enrichir la documentation de l’historien, qui à l’archive écrite ajoute ainsi les témoignages oraux ou filmés des acteurs et des témoins. Mais ces récits de gens ordinaires ne se réduisent pas à leur seul statut de sources historiques ou scientifiques. Effaçant la frontière entre le for privé et l’espace public, formes nouvelles et spécifiques de l’expression de soi et du dire sur soi, inscrivant leur espoir de passer à la postérité dans l’immatérialité fragile du son et de l’image patrimonialisés, ils témoignent aussi de pratiques sociales inédites de reconnaissance, de mémoire, d’hommage, de célébration et de commémoration.