La mémoire des Gradis, négociants bordelais. Cinq générations d'autobiographes
2011
Christine Nougaret

Extrait de : "Entre mémoire et histoire : écriture ordinaire et émergence de l'individu (édition électronique)"
Sous la direction de Nicole Lemaitre et Sylvie Mouysset
134e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Bordeaux, 2009
Éditions du CTHS
2011
p. 51-65
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

En 2005, les Archives nationales recevaient en don les archives de la maison bordelaise Gradis, active du XVIIIe au XXe siècle dans le commerce avec les Antilles. L’inventaire de ce fonds, réalisé en 2006, a mis en évidence la présence, au milieu des livres de comptes, d’écrits autobiographiques de cinq générations de Gradis aux XIXe et XXe siècles : David (1742-1811), Benjamin
(1789-1858), Henri (1823-1905), Raoul (1861-1943) et Gaston Gradis (1889-1968), chefs successifs de la famille ou de la maison Gradis, ont tenu leur livre de raison, rédigé leur autobiographie ou leurs souvenirs, constituant ainsi les outils d’une mémoire familiale à transmettre.
Cet article envisage ces différents écrits dans l’environnement du fonds auquel ils appartiennent,
afin de mettre en évidence le mécanisme de construction de la mémoire familiale et l’évolution de la place faite à l’intime et à l’expression du moi dans ces écrits qui s’échelonnent de 1811 à 1980.