L’édition de la correspondance missionnaire : les lazaristes à Madagascar au XVIIe siècle
2011
Nivoelisoa Galibert

Extrait de : "Entre mémoire et histoire : écriture ordinaire et émergence de l'individu (édition électronique)"
Sous la direction de Nicole Lemaitre et Sylvie Mouysset
134e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Bordeaux, 2009
Éditions du CTHS
2011
p. 87-97
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Les dates affichées par l’ouvrage apologétique intitulé Christianisme dans le Sud de Madagascar ne coïncident pas avec le contenu de l’ouvrage : vingt-six années de labeur (1648-1674) sont isolées par l’imaginaire institutionnel de l’histoire lazariste. L’édition scientifique de cette correspondance permet une vision panoptique et chiffrée de l’implication de la congrégation,
ce travail campant le vrai extrait du vraisemblable institué par la tradition de l’Église. Plus que l’hostilité de l’habitant, c’est l’effet des difficultés de communication, des maladies, des compromis de l’Église avec les chefs rituels – bref, le manque de préparation de missionnaires aguerris à la seule assistance des plus démunis en France – qui a ruiné la première évangélisation de Madagascar. Il est aussi permis de reconnaître la dimension cognitive du
travail des lazaristes : ils font partie des premiers producteurs de savoirs sur l’autre par l’observation des moeurs, la réalisation d’un Petit Catéchisme en malgache et d’un dictionnaire franco-malgache longtemps imputés au gouverneur Flacourt.