Injustice et réparation. Pères et fils dans les livres de raison provençaux (XVIe-XVIIIe siècles)
2011
Isabelle Luciani

Extrait de : "Entre mémoire et histoire : écriture ordinaire et émergence de l'individu (édition électronique)"
Sous la direction de Nicole Lemaitre et Sylvie Mouysset
134e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Bordeaux, 2009
Éditions du CTHS
2011
p. 195-206
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Pour les XVIe et XVIIe siècles, archives et bibliothèques provençales livrent à l’inventaire de nombreuses formes de récits de soi, qu’elles soient explicitement récits de vie ou surgissement de soi dans l’espace quotidien de l’écriture. Comme l’indiquent déjà les travaux réalisés sur le genre des mémoires ou sur l’écriture de soi, ce surgissement naît souvent du besoin de reconnaissance, et postule la conscience d’une dignité suffisante pour s’autoriser au récit de soi. Les différents contextes dans lesquels l’individu se heurte au déni de reconnaissance, du plus anodin contentieux rapporté dans un souci de protection juridique au coeur d’un livre de raison, jusqu’au souci de sa réputation à l’oeuvre dans les mémoires, permettent d’éprouver la manière dont cette identité se construit dans l’écriture réparatrice, à la fois comme affirmation « ontologique » de soi et comme posture critique à l’intérieur du champ social.