Une commémoration originale du mort en Étrurie
2011
Catherine Cousin

Extrait de : "Honorer et commémorer les morts (édition électronique)"
Sous la direction de Henri Bresc ; 134e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Bordeaux, 2009

Catherine Cousin, Philippe Mauget, Mireille Corbier, Hélène Jacquest, Noémi Colin, Jean-Loup Lemaitre, Jean-Pierre Brelaud, Père Nicolas Risso, Régis Bertrand, Bernard Cherubini, Marie-Noële Denis, Jean-Paul Pellegrinetti et Georges Ravis-Giordani, Méryl Sill, Nicolas Fasseur, Emmanuel Chevet

Éditions du CTHS
2011
p. 17-33
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Les monuments funéraires étrusques avaient pour fonction de préserver la mémoire du défunt, non seulement au sein d’une famille, mais aussi vis-à-vis du groupe social auquel avait appartenu le mort. Les nécropoles en offrent différents témoignages, tant au niveau de l’organisation générale des complexes sépulcraux que des « marqueurs » de sépultures. La typologie même de certains monuments et leur décor sont également révélateurs de la commémoration d’une hiérarchie sociale jusque dans la mort. Notre étude a sélectionné quelques exemples de différenciation sociale des défunts parmi les monuments funéraires d’Étrurie méridionale, puis s’est attachée plus particulièrement à deux tombes associant dessin pariétal et écriture. Après avoir regardé la place particulière que ces sépultures occupent dans la nécropole et leur typologie souvent singulière, nous nous sommes efforcée de discerner en quoi la relation entre inscription et image ajoute à la commémoration habituelle du défunt.

An original commemoration of the dead in Etruria
The function of the Etruscan funeral monuments was to protect the memory of the deceased, not only within a family, but also in the social group the dead had belonged to. Necropolises offer various testimonies of that at two levels : the organization of the sepulchral complexes and the "markers" of graves. Even the typology of some monuments and their decoration reveal the commemoration of a social hierarchy including after death. This paper selected a few examples of social differentiation of the dead among the monuments of Southern Etrurie, then it focused on two graves associating parietal drawing and writing. After studying the special place the graves have in the necropolis and their typology which is often remarkable, we tried to shaw how the relationship between inscriptions and images adds to the usual commemoration of the dead.