L’épigraphie funéraire étrusco-latine de la cité de Volsinii
2011
Philippe Mauget

Extrait de : "Honorer et commémorer les morts (édition électronique)"
Sous la direction de Henri Bresc ; 134e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Bordeaux, 2009

Catherine Cousin, Philippe Mauget, Mireille Corbier, Hélène Jacquest, Noémi Colin, Jean-Loup Lemaitre, Jean-Pierre Brelaud, Père Nicolas Risso, Régis Bertrand, Bernard Cherubini, Marie-Noële Denis, Jean-Paul Pellegrinetti et Georges Ravis-Giordani, Méryl Sill, Nicolas Fasseur, Emmanuel Chevet

Éditions du CTHS
2011
p. 34-55
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Les monuments funéraires sont une source essentielle pour connaître la population et la société de la Volsinii romaine, du iiie siècle av. J.-C. au ve siècle ap. J.-C. Des cippes étrusques de type volsinien aux plaques gravées de la catacombe de Bolsena, sans oublier les autels et les stèles de la période impériale, l’évolution typologique des supports d’inscriptions montre cependant la persistance d’un élément de base de l’épitaphe : la formule onomastique du défunt. Une complexification dans le temps des formulaires épigraphiques recensés apporte progressivement plus de renseignements sur le statut social des défunts, sur leur famille et leur rôle de leur vivant au sein de la cité. Des esclaves aux élites, les Volsiniens des épitaphes nous ont ainsi laissé le dernier témoignage d’une vie plus ou moins longue passée dans cette importante cité d’Étrurie méridionale.