Les débuts de l’histoire à Rome : les difficultés du genre annalistique pour présenter le rôle des individus dans l’histoire
2011
Dominique Briquel

Extrait de : "Usages savants et partisans des biographies, de l'Antiquité au XXIe siècle (édition électronique)"
Sous la direction de Christian Amalvi
134e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Bordeaux, 2009
Éditions du CTHS
2011
p. 7-16
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

La forme primitive d’histoire à Rome était celle des annales, c’est-à-dire une narration de tous les événements qui étaient survenus dans une année. Ce modèle correspondait au système politique de la Rome républicaine, où, chaque année, la cité était dirigée par deux consuls. Mais il ne permettait pas un traitement satisfaisant de la personnalité des acteurs principaux de l’histoire, c’est pourquoi, très vite, l’annalistique a été soumise à de vives critiques et plusieurs historiens se sont tournés vers un nouveau genre, la biographie.