Waïfre, l’infortuné « prince d’Aquitaine à la Tour abolie »
2011
Jean-Paul Casse

Extrait de : "Usages savants et partisans des biographies, de l'Antiquité au XXIe siècle (édition électronique)"
Sous la direction de Christian Amalvi
134e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Bordeaux, 2009
Éditions du CTHS
2011
p. 41-60
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Waïfre, prince wascon d’Aquitaine de 745 à 768, est à la fois célèbre et peu connu. Prince oint à la légitimité établie, il apparaît représentant un monde ancien, face à Pépin le Bref, roi de légitimité nouvelle et annonciateur du monde féodal à venir, qui, par une guerre exterminatrice de huit années, s’empare de sa principauté d’entre Loire et Garonne.
Les sources carolingiennes et hagiographiques le présentent comme un duc tyran, tout en admirant sa valeur guerrière et son courage. Les Modernes ont généralement repris cette vision, l’amplifiant parfois ; tandis qu’au XIXe siècle, certains en firent un champion de la légitimité, voire de l’indépendance méridionale.
Rejoignant, sous la figure de Gaiffier de Bordelais, origine du Gayfferos espagnol qui aboutit à Manuel de Falla, dans l’épopée ses père et aïeul, comme preux de Charlemagne, il inspire en 1843 un dramaturge, et se retrouve dans la Légende des siècles et chez d’autres auteurs, sans oublier légendes et lieux de mémoires non abordés ici.