La construction de l’image d’un prince : le duc de Penthièvre
2011
Jean Duma

Extrait de : "Usages savants et partisans des biographies, de l'Antiquité au XXIe siècle (édition électronique)"
Sous la direction de Christian Amalvi
134e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Bordeaux, 2009
Éditions du CTHS
2011
p. 61-72
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Le duc de Penthièvre (1725-1793), prince légitimé et petit-fils de Louis XIV, occupe une place importante mais discrète à la Cour au XVIIIe siècle. Immensément riche, à la tête de la troisième fortune de France, ce prince charitable sait faire un bon usage de cette richesse. Il se situe aux premiers rangs de la société après le roi, le duc d’Orléans et les princes du sang, Condé et Conti, mais il se tient à l’écart des querelles de la société de cour et sur les marges du débat politique. En un temps marqué par les tensions et les conflits, il fait l’objet, de son vivant et après sa mort, de louanges unanimes et se trouve au centre d’une abondante littérature hagiographique.
À partir des mémoires de ses contemporains, et notamment de ceux du duc de Luynes et de Bachaumont, à partir de la littérature hagiographique qu’il a suscitée après sa mort, il s’agit de voir comment se construit une image du prince parfait en raison de sa piété, sa charité et sa bonté ainsi que de sa modération politique. Il s’agit aussi de dégager la fonction de cette image aussi bien au XVIIIe siècle que dans la première moitié du XIXe siècle.