Les récits de mort, support de l’héroïsation littéraire des poètes en Grèce ancienne
2011
Flore Kimmel

Extrait de : "Usages savants et partisans des biographies, de l'Antiquité au XXIe siècle (édition électronique)"
Sous la direction de Christian Amalvi
134e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Bordeaux, 2009
Éditions du CTHS
2011
p. 111-120
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

La biographie antique offre ceci de particulier qu’elle inclut nécessairement le récit de la mort de l’individu, qui constitue le moment culminant de tout récit de vie : la façon dont un homme meurt permet, selon les Anciens, de livrer le sens de sa vie. Les récits de mort des grands poètes sont le support essentiel de la construction de figures de poètes exceptionnels, objets à la fois des attentions des dieux et des hommes. Le mélange d’éléments historiques et de constructions mythiques, qui attirent le poète dans une sphère suprahumaine, construit en effet des figures de poètes, qui, tout en incarnant les constantes de la destinée humaine, se distinguent du commun des mortels, ce qui justifie les cultes qu’ils peuvent recevoir après leur mort. À travers l’étude de quelques cas, nous proposerons une synthèse sur cette écriture de l’entre-deux, qui est aux sources des « légendes dorées » des grands hommes en Occident.