La construction d’un panthéon félibréen
2011
Albert Giraud

Extrait de : "Usages savants et partisans des biographies, de l'Antiquité au XXIe siècle (édition électronique)"
Sous la direction de Christian Amalvi
134e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Bordeaux, 2009
Éditions du CTHS
2011
p. 121-134
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Bien que ne revendiquant pas un État, le mouvement félibréen s’inscrit à l’évidence dans le mouvement d’éveil des nationalités dans la seconde partie du XIXe siècle. Il s’agit bien, derrière les poètes qui expriment et exaltent la civilisation du Midi, de reconstruire une continuité entre le monde idéalisé des troubadours et la « Renaissance » provençale moderne.
Ainsi sera constitué un système permettant à la fois de glorifier les auteurs du passé et de « canoniser » dans le même esprit les auteurs contemporains – voire les porter à l’« apothéose » pour les plus illustres.
Ce processus sera analysé à partir des textes officiels du Félibrige, de l’iconographie et du symbolisme du mouvement, de la statuaire monumentale publique, mais aussi de l’étude de vecteurs plus récents de la célébrité, tels que l’attribution des noms de rue ou la dénomination d’établissements scolaires.