Histoire du développement de la route maritime arctique
2011
Olga Fours

Extrait de : "Routes maritimes (édition électronique)"
Sous la direction de Jean DUMA ; 130e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, La Rochelle, 2005

Gwendoline PLISSON, Caroline SAUVAGE, José-Luis CORTES, Maria BRAULT, Christian PFISTER-LANGANAY, Emilie GABORIT, Olga FOURS, Gérard FOUCHARD
Paris, Éditions du CTHS
2011
p. 81-93
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Parmi les routes océaniques mondiales, la route maritime du nord Arctique occupe une place spéciale. Elle est beaucoup plus courte qu’une route maritime de l’Europe vers l’Inde et la Chine autour de l’Afrique ou que les deux routes qui relient l’océan Atlantique à l’océan Pacifique. Malgré tout, son développement a toujours présenté et présente encore des difficultés considérables, puisque la voie maritime du nord traverse les mers glaciales. La représentation géographique de la route maritime nordique comme une ligne où la navigation est possible en longeant la côte nord- européenne et la Sibérie se développent dès les débuts de la navigation maritime. Il est souvent rappelé que le passage du Nord-est est préférable au passage du nord-ouest qui relie l’océan Atlantique à l’océan Pacifique, en longeant la côte d’Amérique du nord. À la suite des découvertes géographiques russes, les représentations de la partie du nord de la Sibérie touchant à l’océan Glacial Arctique, sont complètement modifiées. Au lieu des péninsules fantastiques représentées sur les cartes des xvie - xviie siècles, les véritables contours du littoral de la Sibérie avec les caps, les îles, les péninsules, les golfes sont circonscrits. Ainsi la représentation médiévale du Nord, comme pays de l’obscurité éternelle, est progressivement disparue. Pour quelles raisons la Russie devient-elle la puissance dominante sur les voies maritimes de l’Arctique ? La comparaison des différentes sources tant russes qu’européennes a pour objectif d’essayer d’apporter une réponse à cette question.