Images et représentations de Cordouan, le « plus beau phare du monde », XVIe-XXe siècle
2011
Jacques Péret

Extrait de : "Avec vue sur la mer (édition électronique)"
Sous la direction de Sylviane Llinares
132e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Arles, 2007
2011
p. 119-129
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

La tour de Cordouan, construite en pleine mer à l’embouchure de la Gironde, est plus qu’un simple phare ; c’est un véritable « monument national », « plus beau chef-d’œuvre d’architecture qu’il y ait en France ». Il se distingue par son histoire ancrée dans la longue durée, depuis la tour médiévale, remplacée par l’extraordinaire construction conçue par Louis de Foix à la fin du XVIe siècle, sur laquelle se greffe la tour conique édifiée à la fin du XVIIIe siècle et qui traverse les XIXe et XXe siècles pratiquement sans changements.
Ce phare, que l’on peut qualifier de « Chambord » ou de « Versailles de la mer », est source de multiples images, de la fin du XVIe siècle au XXe siècle. De nature très variée, gravures, plans, tableaux, cartes postales, photographies, ces images renvoient à de multiples représentations d’un monument d’exception avec d’étonnantes permanences mais aussi de sensibles mutations. Cordouan apparaît successivement comme un modèle architectural – « huitième merveille du monde » –, comme un édifice utilitaire – amer où se mettent en place les nouvelles technologies de l’éclairage maritime –, et enfin comme une icône touristique devenue aujourd’hui une des figures emblématiques du patrimoine maritime français.