Les archives européennes et les expéditions de Cartier et de Roberval
2011
Bernard Allaire

Extrait de : "Migrations, transferts et échanges de part et d'autre de l'Atlantique. Histoire et Archéologie des XVIe et XVIIe siècles (édition électronique)"
Sous la direction de Steven R. Pendery et Fabienne Ravoire
133e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Québec, 2008
Éditions du CTHS
2011
p. 5-10
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

C’est bien connu, l’archéologie et l’histoire sont liées de façon irrémédiable. Si des fouilles s’imposent face à un site mal documenté ou très ancien, des recherches dans les sources manuscrites et imprimées sont nécessaires, surtout si les sources matérielles sont lacunaires. L’interaction entre ces deux disciplines est constante. C’est-à-dire que, chaque fois que l’on dégage des vestiges, de nouvelles questions sont soulevées, auxquelles l’on essaie de répondre via un soutien documentaire. Et, lorsque les sources manuscrites sont adéquates et précises, il est possible de faire de nouvelles trouvailles archéologiques. C’est ce type de situation à laquelle nous sommes confrontés sur le site de Cap-Rouge, où les sources manuscrites peuvent aider à préciser les lieux, nous éclairer sur la présence de certains artefacts ou comprendre la fonction d’objets inconnus.