La collection archéologique du site Cartier-Roberval : témoignage unique d’un projet colonial français en Amérique
2011
Hélène Côté

Extrait de : "Migrations, transferts et échanges de part et d'autre de l'Atlantique. Histoire et Archéologie des XVIe et XVIIe siècles (édition électronique)"
Sous la direction de Steven R. Pendery et Fabienne Ravoire
133e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Québec, 2008
Éditions du CTHS
2011
p. 81-97
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Les interventions archéologiques effectuées sur le site du fort d’en haut de Cartier et de Roberval, sur le promontoire de Cap-Rouge à Québec, ont permis la mise au jour d’une culture matérielle riche et diversifiée. Bien que les travaux de fouille ne soient pas encore complétés, le portrait de la vie des participants à la première tentative de colonisation des rives du Saint-Laurent commence déjà à émerger de l’étude préliminaire de la collection d’artefacts et d’écofacts : on perçoit la persistance de la stratification sociale des origines, la pratique de certains modes de subsistance, la présence d’échanges avec les autochtones ainsi que la réalisation de travaux d’évaluation des richesses naturelles du pays neuf. Un survol des éléments de culture matérielle témoignant de ces différents volets de la vie menée dans le fort Cartier-Roberval sera présenté, pour se poursuivre avec une discussion sur les thèmes de l’exploitation minière, de l’approvisionnement et de la stratification sociale.