L’École de la soie, une société félibréenne à Lyon
2011
† Claude Tourniaire

Extrait de : "Les Sociétés savantes locales : des hommes au service de la connaissance et de la culture (édition électronique)"
Sous la direction de Bruno Delmas et Martine François
134e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Bordeaux, 2009
Textes de Pierre Barbier, Danielle Bégot, Colette Bourrier-Reynaud, Bruno Delmas, Jean Flouret, Martine François, Aurore Hillairet, Pierre-Yves Péchoux, Cédric Pernette, René Plessix, Fanie Saint-Laurent, † Claude Tourniaire, Jean-Bernard Vaultier
Éditions du CTHS
2011
p. 73-76
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

L’École de la soie (en provençal : l’Escolo de la sedo) fondée à Lyon en 1883 par Paul Mariéton, jeune Lyonnais séduit par les œuvres de Frédéric Mistral, est affiliée au félibrige, qui y jouera un rôle important. Actuellement, l’École de la soie valorise le patrimoine culturel de cette moitié sud de la France relevant de la langue d’oc, à travers des conférences assurées par des intervenants de choix (histoire, littérature, arts, traditions), par exemple : « Apport grec, romain, méditerranéen » ; « Aliénor d’Aquitaine et les Anglais » ; « Grands Marins provençaux » ; « Peintres et Musiciens de Provence » ; « Évolution et Originalité du costume, des tissus », « Les troubadours : présentation, thématiques » ; « Grandes voies et foires à travers les âges ». Son dynamisme stimule des recherches (coutumes et costumes, perception par les voyageurs...). Un bulletin interne pour ses adhérents, Lou Magnan (Le Vers à soie) conserve l’essentiel de ses causeries. Elle assure un cours de langue et de littérature provençales. L’école fait connaître un ensemble culturel à préserver.