Sociétés savantes d’outre-mer : la Société d’histoire de la Martinique et la Société d’histoire de la Guadeloupe
2011
Danielle Bégot

Extrait de : "Les Sociétés savantes locales : des hommes au service de la connaissance et de la culture (édition électronique)"
Sous la direction de Bruno Delmas et Martine François
134e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Bordeaux, 2009
Textes de Pierre Barbier, Danielle Bégot, Colette Bourrier-Reynaud, Bruno Delmas, Jean Flouret, Martine François, Aurore Hillairet, Pierre-Yves Péchoux, Cédric Pernette, René Plessix, Fanie Saint-Laurent, † Claude Tourniaire, Jean-Bernard Vaultier
Éditions du CTHS
2011
p. 131-144
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

De création très récente, 1955 pour l’une, 1963 pour l’autre, les deux sociétés d’histoire de la Martinique et de la Guadeloupe sont un excellent révélateur des enjeux de la construction de l’histoire aux Antilles. Publications de revues, de sources, d’ouvrages historiques, organisation d’expositions puis de colloques, l’œuvre accomplie est sans commune mesure avec la modestie de leur naissance. Si, comme en France, elles ont joué un rôle important dans la connaissance du passé créole, et dans sa reconnaissance, de manière d’autant plus forte que l’institution universitaire a été localement une création tardive, elles ont parallèlement constitué un champ privilégié pour l’évolution des élites qui a accompagné le passage du statut colonial au statut départemental.