Louis Hémon, de la mort à la gloire, de la gloire à l’oubli
2011
Alain Boulaire

Extrait de : "La Construction du grand auteur (édition électronique)"
Sous la direction de Louis Bergès ; 134e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Bordeaux, 2009

Pierre-François Astor, Gilles Bancarel, Louis Bergès, Alain Boulaire, Mariane Bury, Caroline Casseville, Abdallah Cheikh-Moussa, Gilbert-Robert Delahaye, Anastasia Iline, Anne Marle,

Paris, éditions du CTHS
2011
p. 59-66

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Louis Hémon, né à Brest, mort sans avoir vu publier un seul de ses romans, devint, avec Maria Chapdelaine l’auteur emblématique du roman québécois. Traduit en plusieurs dizaines de langues, best-seller de l’édition entre les deux guerres, Maria Chapdelaine est aujourd’hui inconnue en France et presqu’oubliée au Québec. Quant à l’auteur lui-même, qui s’en souvient vraiment aujourd’hui, mis à part quelques cercles d’initiés ? Or, si on se plonge dans l’oeuvre conséquente d’un homme mort à 33 ans, on se rend compte qu’elle est d’une modernité rare ; quant à la vie de Louis Hémon, elle est à elle seule un véritable roman : tout cela mérite une remise en lumière tant de l’homme que de l’oeuvre.