Protéger, diviser et exclure : les fortifications de la ville haute d’Autun au Moyen Âge
2012
Sylvie Balcon-Berry

Extrait de : "Paysage de force et plaisir du paysage (édition électronique)"
Sous la direction de Henri Bresc
135e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Neuchâtel, 2010
2012
p. 5-30
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Dominé aujourd’hui par la cathédrale Saint-Lazare, le paysage urbain de la ville haute d’Autun offrait au Moyen Âge un paysage plus contrasté. Il était en effet fortement structuré par des enceintes, reflets des pouvoirs laïques et religieux en présence. L’évolution de ces fortifications dans leur contexte monumental est présentée en prenant appui sur de récentes recherches archéologiques ainsi que sur l’étude des sources textuelles et iconographiques. Cette analyse montre comment l’Église a progressivement pris possession de la moitié orientale de la ville haute et a matérialisé les limites de sa juridiction par une multitude de tours, portes et murs qui constituaient par ailleurs des signes ostensibles de son pouvoir face à celui du duc, centré en partie sur la forteresse de Riveau.