Les voyageurs du Moyen Âge et le paysage marin
2012
Henri Bresc

Extrait de : "Paysage de force et plaisir du paysage (édition électronique)"
Sous la direction de Henri Bresc
135e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Neuchâtel, 2010
2012
p. 47-68
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Si la mer reste pour les voyageurs une source d’angoisse et la tempête un ennemi toujours craint et décrit avec soulagement et pitié pour ceux qui n’ont pas échappé, le voyage maritime est aussi l’occasion d’exprimer la beauté ressentie pendant de longues et tranquilles navigations. De la mer, les voyageurs perçoivent et décrivent les profils des côtes, les caps et les montagnes, comme les signalent aussi les portulans. Ils s’attardent sur les paysages humanisés, la majesté des ports, la beauté et la puissance des villes fortifiées et des châteaux, la splendeur des jardins et des chapelets de villas qui ornent les rivières génoises ou le cap de Carthage. De la terre, et du haut des montagnes, ils décrivent un paysage marin étendu, majestueux, que leur suggère l’usage de la carte. La promenade et le divertissement de la pêche offrent enfin une image amène de littoraux, même peu fréquentés, que contemplent aussi châteaux et villas.