Connaissance des paysages littoraux du Maghreb occidental à travers les témoignages de voyageurs et marins européens à l’époque moderne
2012
Ahmed Farouk

Extrait de : "Paysage de force et plaisir du paysage (édition électronique)"
Sous la direction de Henri Bresc
135e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Neuchâtel, 2010
2012
p. 97-110
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Les côtes du Maghreb occidental présentaient un danger pour les navigateurs aussi bien en Méditerranée qu’en Atlantique. La cause en était la méconnaissance du littoral et la barre. Au XVIIe siècle, époque pendant laquelle la course prit un certain envol, les campagnes lancées contre les Salétins aboutissaient rarement, les navires de la Marine royale française ainsi que ceux des autres nations maritimes s’arrêtaient au niveau de ces bancs de sable qui dressaient une barrière entre la côte et le large.
Pour lutter contre les effets néfastes de la course, développer les échanges commerciaux et mettre fin à la captivité des marins, il était nécessaire de connaître ce pays du Maghreb et la mentalité de ses habitants. Et c’est le littoral qui a fait l’objet de nombreuses descriptions plus ou moins connues à l’époque. Nous avons présenté ici quelques-unes de ces descriptions, mais il en reste d’autres, comme celles des pères de la rédemption des captifs et des voyageurs. La connaissance de ces textes permet de suivre l’évolution du pays et de sa marine ainsi que l’évolution des échanges avec l’Europe.