« Bel regard » : voir et être vu. Vision des paysages et rapports de pouvoir au Moyen Âge (XIIIe-XVe siècles)
2012
Jean-Luc Fray

Extrait de : "Paysage de force et plaisir du paysage (édition électronique)"
Sous la direction de Henri Bresc
135e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Neuchâtel, 2010
2012
p. 111-119
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Tout autant que pour voir loin et surveiller les territoires d’alentour, la forteresse médiévale (château fort ou localité castrale) a été conçue – et peut-être même avant tout – pour être vue de loin, pour porter à l’horizon la présence visible du pouvoir, au besoin par l’utilisation d’artifices (position éminente, crénelés démesurés, empli des oriflammes...). Le terme germanique reward (« regard ») évoque autant, si ce n’est plus, l’exercice du sens visuel que la protection ou la surveillance. La Lorraine, ainsi que le Massif central fournissent le terrain de la démonstration, qui s’appuie aussi sur le vocabulaire et les usages toponymiques des actes de la pratique.