Pèlerins chevaliers à Saint-Gilles au XIIe siècle d’après le Liber miraculorum sancti Egidii, entre miracles et épopée
2012
Pierre-Gilles Girault

Extrait de : "Le Pèlerinage de l'Antiquité à nos jours (édition électronique)"
Sous la direction d'André Vauchez
130e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, La Rochelle, 2005
Textes de Claude Bouhier, Diane Carron, Nicolas Champ, Andrée Dagorne, Laurent Durnecker, Jean Flouret, Pierre-Gilles Girault, Florence Mouchet-Chaumard, Gilberte Genevois, Humbert Jacomet, Sylvie Miaux, Louis Mollaret, Micheline Mouradian, Renaud Mousty, Denise Péricard-Méa, Adeline Rucquoi, Annie Saunier, Mary Sainsous, Jean-Pierre Sodini, Hervé Terral
Éditions du CTHS
2012
p. 49-65
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Le pèlerinage dont l’abbaye de Saint-Gilles, située aux confins du Languedoc et de la Provence, fut l’objet occupe une large place dans la spiritualité médiévale à côté de Saint-Jacques. Mais faute de compilation équivalente au célèbre Liber sancti Jacobi, il est plus difficile à appréhender. Au-delà de mentions éparses de pèlerins dont la dispersion même rend la collecte aléatoire, plusieurs sources s’imposent néanmoins. La plus importante est le Liber miraculorum sancti Egidii, compilé entre 1121 et 1166. La comparaison des pèlerins mise en scène dans le Liber avec les mentions de pèlerins fournies par d’autres sources, pèlerins historiques des chroniques ou des actes de la pratique d’une part et pèlerins imaginaires de la littérature épique d’autre part, fait apparaître une surreprésentation des chevaliers et des nobles militaires dans la fréquentation du sanctuaire. Cette proportion est corrélée avec l’insistance mise sur le miracle à distance, la pratique aristocratique du vœu et du pèlerinage d’action de grâces, dans laquelle on propose de voir à la fois l’indice précoce d’une spiritualité nouvelle et une stratégie délibérée de l’abbaye provençale.