Le pèlerinage ou l’itinéraire de l’expérience du sujet en mouvement
2012
Sylvie Miaux

Extrait de : "Le Pèlerinage de l'Antiquité à nos jours (édition électronique)"
Sous la direction d'André Vauchez
130e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, La Rochelle, 2005
Textes de Claude Bouhier, Diane Carron, Nicolas Champ, Andrée Dagorne, Laurent Durnecker, Jean Flouret, Pierre-Gilles Girault, Florence Mouchet-Chaumard, Gilberte Genevois, Humbert Jacomet, Sylvie Miaux, Louis Mollaret, Micheline Mouradian, Renaud Mousty, Denise Péricard-Méa, Adeline Rucquoi, Annie Saunier, Mary Sainsous, Jean-Pierre Sodini, Hervé Terral
Éditions du CTHS
2012
p. 257-267
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

En tant que géographe, nous avons choisi d’aborder le pèlerinage à Saint-Jacques-de-Compostelle en nous intéressant à un nouveau concept : celui d’itinéraire. Il se définit comme révélateur d’expérience du rapport du sujet au lieu, non d’un point de vue statique mais évolutif. Dans cette optique, nous pouvons nous demander quelle perception et représentation de l’espace le pèlerin va connaître durant cette expérience progressive qu’est la marche. C’est à partir d’entretiens réalisés auprès de pèlerins et d’analyse de récits que nous allons tester la cohérence du concept d’itinéraire afin de mieux cerner ses multiples logiques de fonctionnement. Nous verrons comment la démarche du pèlerin va influencer ses représentations de l’espace. Nous mettrons en évidence la complexité des logiques d’appropriation de cet itinéraire par l’interaction des différents individus (sportif, touriste, croyant...) mais aussi la réappropriation de celui-ci par les communes qu’il traverse, voire même par l’Europe, le tout dans des optiques variées et à différentes échelles. Au niveau théorique, nous ferons un retour sur le concept d’expérience en géographie, au fondement de la construction de l’itinéraire.