Des paysages judiciaires au XVIe siècle. Auteurs, objectifs et méthodes
2012
Monique Pelletier

Extrait de : "Les Outils de représentation du paysage (édition électronique)"
Sous la direction de Cécile Souchon
135e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Neuchâtel, 2010
Textes de Stéphane Blond, Charles-André Buffet, Colette Bourrier-Reynaud, Juliette Dumasy, Jean-Yves Guillaumin, François Legouy, Yvonne-Hélène Le Maresquier-Kesteloot, Anne-Gaël Noussan, Mauricio Onetto Pavez, Diana Ospina, Monique Pelletier, Judicaël Petrowiste, Cécile Souchon, Ilona Woronow.
Éd. du CTHS
2012
p. 15-31
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Pendant la Renaissance française, le paysage topographique accompagne, sous forme manuscrite, diverses activités, telles que la réformation des forêts de Charles IX ou l’aménagement des rivières. Il s’impose aussi dans les procès et visites de frontières sous forme de « vues figurées », élaborées pour matérialiser les visites ou « vues » des lieux contestés. Pour être utiles, ces documents doivent, en principe, rencontrer l’accord des parties. Leurs auteurs sont souvent des peintres, qui peuvent être aussi des cartographes, adeptes de la chorographie. Ces « vues figurées » sont-elles exactes, de quelle manière témoignent-elles de la réalité des visites ? L’examen de trois exemples des années 1540-1580 permettra de les replacer dans leur cadre judiciaire, de cerner la personnalité des auteurs et d’apprécier la qualité de leurs œuvres.