Le spectacle des champs : la perception du jardin paysager dans la seconde moitié du XVIIIe siècle
2012
Ilona Woronow

Extrait de : "Les Outils de représentation du paysage (édition électronique)"
Sous la direction de Cécile Souchon
135e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Neuchâtel, 2010
Textes de Stéphane Blond, Charles-André Buffet, Colette Bourrier-Reynaud, Juliette Dumasy, Jean-Yves Guillaumin, François Legouy, Yvonne-Hélène Le Maresquier-Kesteloot, Anne-Gaël Noussan, Mauricio Onetto Pavez, Diana Ospina, Monique Pelletier, Judicaël Petrowiste, Cécile Souchon, Ilona Woronow.
Éd. du CTHS
2012
p. 159-171
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Face à la diversité esthétique du jardin paysager, les Lumières élaborent des stratégies perceptives répondant à plusieurs enjeux. L’abolition (qu’elle soit optique ou effective) de la clôture ainsi que la disposition intimiste stipulée par la nouvelle théorie paysagère font s’y entrecroiser trois expériences fondatrices – celle de soi-même, celle du jardin et celle du paysage –, dont chacune implique une perception spécifique. Nous donnons une caractéristique distincte de ces trois perceptions, pour commenter ensuite leur coïncidence et leurs articulations mutuelles à travers les dispositifs artistiques. La perception du jardin s’avère alors impliquée dans différentes formes de « greffages » des arts les uns sur les autres.