Milieu et acclimatement : l’exemple de la Guyane française (1817-1835)
2012
Jean-Yves Puyo

Extrait de : "Le peuplement européen des Amériques (xviie-xxe siècle) "
Sous la direction de Alain Faure ; 133e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Québec 2008

Marylin Bernard, Christiane Demeulenaere-Douyère, Anne Rothenbülher, Valérie Paireau, Claudy Valin, Nadège Sougy, Esther Pelletier, Olivier Hutet, Augustin Roland D’Almeida, Véronique Mendès-Geffroy, Gérard Lafleur, Josianne Paul, Jean-François Michel, Samsonette Cosserat, Pierre Jambard, Valérie Feschet, Claude Fagnen, Marie-Noële Denis, Jean-Yves Puyo
Pars, éditions du CTHS
2012
p. 78-93

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Au plus fort des revendications territoriales françaises sur l’Amazonie (xviie siècle), la France s’estime en possession d’un vaste territoire dénommé, jusqu’à la fin du xixe siècle, la « France équinoxiale ». Ce droit d’exploitation demeure néanmoins très théorique. Toutefois, malgré le désastre passé de l’expédition de Kourou (1763-1765) les projets de colonisation de ce vaste « désert démographique » ne manquèrent pas à cette même époque. L’objectif de cet article est de « déconstruire » la pensée aménagiste des différents gouverneurs de la Guyane entre 1817 et 1835. Nous nous attachons plus particulièrement à la mise en évidence des enseignements tirés des différents échecs par ces autorités, qui apparaissent finalement aussi bien informées qu'il était possible à l'époque sur la colonisation de ce territoire ô combien difficile.