L’émigration alsacienne au Canada
2012
Marie-Noële Denis

Extrait de : "Le peuplement européen des Amériques (xviie-xxe siècle) "
Sous la direction de Alain Faure ; 133e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Québec 2008

Marylin Bernard, Christiane Demeulenaere-Douyère, Anne Rothenbülher, Valérie Paireau, Claudy Valin, Nadège Sougy, Esther Pelletier, Olivier Hutet, Augustin Roland D’Almeida, Véronique Mendès-Geffroy, Gérard Lafleur, Josianne Paul, Jean-François Michel, Samsonette Cosserat, Pierre Jambard, Valérie Feschet, Claude Fagnen, Marie-Noële Denis, Jean-Yves Puyo
Pars, éditions du CTHS
2012
p. 134-148

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Jamais très importante, mais continue depuis le xviiie siècle, l’émigration des Alsaciens au Canada est due à des causes à la fois religieuses, politiques et économiques, sans oublier l’extrême mobilité d’une population qui vit dans une région de passage. Il s’agit d’une émigration rurale, de familles modestes mais non pauvres, qui acceptent des conditions de transport souvent pénibles, d’abord par bateau sur le Rhin, vers les ports de la Mer du Nord, puis par chariot et par chemin de fer jusqu’au Havre qui devient, au milieu du xixe siècle, le grand port d’émigration vers le Nouveau Monde. Une fois sur place, les émigrants alsaciens s’installent dans des lieux bien déterminés. De plus, cette émigration présente des caractères spécifiques. La religion y joue un rôle important à divers titres. La présence, surtout dans les villes, d’anciens soldats des guerres inter-coloniales entre les États-Unis, la France et l’Angleterre, est une autre originalité. Enfin, depuis la fin du xixe siècle il s’agit, dans bien des cas, d’une 2e ou 3e émigration de populations d’origine alsacienne installées depuis plus ou moins longtemps aux États-Unis, ou bien dans les provinces austro-hongroises voire en Ukraine.