Nicolas Jourdain (1708-1776) : un exemple d'intégration au Canada
2012
Samsonette Cosserat

Extrait de : "Le peuplement européen des Amériques (xviie-xxe siècle) "
Sous la direction de Alain Faure ; 133e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Québec 2008

Marylin Bernard, Christiane Demeulenaere-Douyère, Anne Rothenbülher, Valérie Paireau, Claudy Valin, Nadège Sougy, Esther Pelletier, Olivier Hutet, Augustin Roland D’Almeida, Véronique Mendès-Geffroy, Gérard Lafleur, Josianne Paul, Jean-François Michel, Samsonette Cosserat, Pierre Jambard, Valérie Feschet, Claude Fagnen, Marie-Noële Denis, Jean-Yves Puyo
Pars, éditions du CTHS
2012
p. 151-161

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Petit-fils de laboureur, fils d’un lieutenant, Nicolas Jourdain, âgé d’une vingtaine d’années, quitta la France vers 1735 pour s’embarquer, en tant que soldat-canonnier, vers le Canada. De 1739 à 1755, il écrivit et envoya de Québec neuf lettres à sa famille. Ces missives permettent de découvrir les raisons du départ de ce jeune picard pour un pays en proie aux rivalités franco-anglaises, la part qu’il prit au conflit, l’activité professionnelle qu’il créa et développa à Québec, ainsi que ses impressions sur sa nouvelle terre d’accueil. Les propos de Nicolas Jourdain, s’ils confirment des faits historiques connus, apportent un éclairage sur la vie quotidienne à Québec en cette période médiane du xviiie siècle et les difficultés surmontées pour réussir son intégration au Canada, où il fonda une nombreuse famille et demeura définitivement.