« Éclats de Nouvelle-France » : heurs et malheurs des colons canadiens rapatriés en France
2012
Christiane Demeulenaere-Douyère

Extrait de : "Le peuplement européen des Amériques (xviie-xxe siècle) "
Sous la direction de Alain Faure ; 133e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Québec 2008

Marylin Bernard, Christiane Demeulenaere-Douyère, Anne Rothenbülher, Valérie Paireau, Claudy Valin, Nadège Sougy, Esther Pelletier, Olivier Hutet, Augustin Roland D’Almeida, Véronique Mendès-Geffroy, Gérard Lafleur, Josianne Paul, Jean-François Michel, Samsonette Cosserat, Pierre Jambard, Valérie Feschet, Claude Fagnen, Marie-Noële Denis, Jean-Yves Puyo
Pars, éditions du CTHS
2012
p. 239-248

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

La perte des possessions françaises en Amérique du Nord, au xviiie siècle, entraîne le retour inopiné en métropole de nombreux colons, chassés de leurs biens. Dépourvus de moyens d’existence, ils doivent être pris en charge par le Trésor royal. Quand survient la Révolution, la nouvelle administration entend continuer à leur apporter des secours, selon toutefois des modalités qu’elle va réglementer de façon stricte. Les dossiers des secours qui leur sont versés, conservés en quantité importante aux Archives nationales, permettent de reconstituer des itinéraires personnels ou familiaux. Canadiens et Acadiens continuent longtemps à constituer en métropole un groupe social cohérent, marqué par des traits caractéristiques. En s’appuyant essentiellement sur les dossiers de secours conservés aux Archives nationales (Paris) qui évoquent leurs conditions de rapatriement, d’installation en métropole et ensuite de survie, cet article s’attache à rendre une partie de leur histoire à ces colons rentrés contre leur gré.