Les réfugiés de l’Acadie et du Canada à la Rochelle
2012
Claudy Valin

Extrait de : "Le peuplement européen des Amériques (xviie-xxe siècle) "
Sous la direction de Alain Faure ; 133e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Québec 2008

Marylin Bernard, Christiane Demeulenaere-Douyère, Anne Rothenbülher, Valérie Paireau, Claudy Valin, Nadège Sougy, Esther Pelletier, Olivier Hutet, Augustin Roland D’Almeida, Véronique Mendès-Geffroy, Gérard Lafleur, Josianne Paul, Jean-François Michel, Samsonette Cosserat, Pierre Jambard, Valérie Feschet, Claude Fagnen, Marie-Noële Denis, Jean-Yves Puyo
Pars, éditions du CTHS
2012
p. 249-260

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Un peu plus de 300 personnes, chassées d'Acadie ou du Canada, choisirent La Rochelle comme lieu de refuge entre 1755 et 1778. Les états de secours conservés aux Archives municipales de La Rochelle nous livrent leurs lieux de naissance et de nombreux renseignements sur le périple accompli par elles sous la pression anglaise depuis le Grand Dérangement de 1755. Les registres permettent surtout de dresser le tableau de leurs activités . C'est la détresse matérielle qui en effet l'emporte la plupart : ainsi la plupart des femmes restent sans aucune ressource Mais beaucoup s'intègrent et certains, comme les frères Revol, participent activement à la Terreur dans la ville-port.