Les « albarèdes » ou « ramiers » : fonctions d’un espace sous tension à Toulouse à la fin du Moyen Âge
2012
Camille Fabre

Extrait de : "Le Paysage rural au Moyen Âge (édition électronique)"
Sous la direction de Christian Guilleré
135e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Neuchâtel, 2010
Textes de Clara Almagro Vidal, Alain Corbellari, Vincent Corriol, Camille Fabre, Pierre Gresser, Pierre-Henri Guittonneau, Thomas Labbé, Dominique Laurent, Yannick Miras, Violaine Nicolas, Frédéric Surmely
Éd. du CTHS
2012
p. 41-51
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Espace intermédiaire entre forêt et eau, l’« albarède » ou « ramier » correspond à la forme locale de la ripisylve dans la Toulouse de la fin du Moyen Âge (il s’agit de bosquets situés sur le rivage immédiat du fleuve). Les difficultés à définir la propriété de ces espaces, tant du point de vue juridique que du point de vue matériel, conduisent à leur passage aux mains des plus gros propriétaires.