L’évolution des paysages et des architectures sur la planèze sud du Plomb du Cantal du XIe au XIXe siècle : apport des données archéologiques, paléoenvironnementales et archivistiques
2012
Violaine Nicolas, Frédéric Surmely et Yannick Miras

Extrait de : "Le Paysage rural au Moyen Âge (édition électronique)"
Sous la direction de Christian Guilleré
135e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Neuchâtel, 2010
Textes de Clara Almagro Vidal, Alain Corbellari, Vincent Corriol, Camille Fabre, Pierre Gresser, Pierre-Henri Guittonneau, Thomas Labbé, Dominique Laurent, Yannick Miras, Violaine Nicolas, Frédéric Surmely
Éd. du CTHS
2012
p. 79-105
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Le département du Cantal, situé au cœur du Massif central, est notamment réputé pour ses burons, structures en pierres autrefois destinées à la production fromagère. Ayant pour la plupart perdu leur fonction première, ces centaines de bâtiments confèrent aujourd’hui encore aux paysages des plateaux d’estive un aspect bien particulier. Ils marquent le point d’aboutissement de diverses transformations architecturales, liées aux changements des modes d’occupation de la moyenne montagne par l’homme. L’histoire de ces mutations a été peu abordée. Depuis 2000, elle fait l’objet de recherches particulières par une équipe d’archéologues, archivistes et paléoenvironnementalistes, qui se sont concentrées sur un plateau situé dans la partie sud du département. Les résultats obtenus ont permis de mettre en évidence l’existence de hameaux et de fermes isolées, entre les XIe et XIIe siècles, en dessous de 1 300 mètres d’altitude, liés à une exploitation agropastorale des terroirs. La vocation du territoire connaît ensuite une importante mutation, avec la mise en place d’une économie spécialisée d’élevage bovin saisonnier et de fabrication de fromage. Ce changement entraîne une transformation profonde des paysages, l’abandon des habitats antérieurs et la construction, à partir du XIVe siècle, de structures d’estives, à l’origine très rudimentaires, puis de plus en plus élaborées. Le XVIIe siècle voit l’apparition des premiers burons voûtés, qui s’imposent totalement à partir du XIXe siècle.