Paysage, capital culturel et pouvoir
2012
Christine Romero

Extrait de : "Analyse culturelle du paysage : le paysage comme enjeu (édition électronique)"
Sous la direction de Sergio Dalla Bernardina ; 135e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Neuchâtel, 2010

Sergio Dalla Bernardina, Typhaine Cann, Christine Romero, Coline Morice, Shantala Morlans, Sylvie Baron, Florence Ménez, Catherine Caille-Cattin, Jan Berting, Aitzepa Leizaola, Miren Egana, Matteo Rivoira

Paris, éditions du CTHS
2012
p. 21-28

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

L’article questionne l’impact de la production de discours savants sur le paysage, sur les itinéraires des territoires ruraux.
Outre les « grands paysages », les campagnes « banales » investies par des néos à haut capital culturel et social sont concernées par une situation qui met en scène des acteurs locaux, autochtones ou allochtones, mobilisant la revendication de deux types de savoirs, savoir scientifique versus savoir vernaculaire, et deux types d’attachement au lieu, l’appartenance choisie versus l’enracinement.
La compétence à tenir un discours savant sur le paysage s’avère un capital spatial permettant d’influer sur l’aménagement de l’espace. Fondé sur l’habileté des individus à mettre en œuvre, en fonction du contexte, telle ou telle facette de leur identité, il peut en résulter la promotion du lieu par labellisation de sa qualité et production d’une culture partagée.
L’analyse est fondée sur un corpus d’entretiens et de publications émanant de collectivités et d’associations ainsi que sur la pratique de l’observation participante en réunions publiques.