Invasions biologiques et paysage sous-marin
2012
Sylvie Baron

Extrait de : "Analyse culturelle du paysage : le paysage comme enjeu (édition électronique)"
Sous la direction de Sergio Dalla Bernardina ; 135e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Neuchâtel, 2010

Sergio Dalla Bernardina, Typhaine Cann, Christine Romero, Coline Morice, Shantala Morlans, Sylvie Baron, Florence Ménez, Catherine Caille-Cattin, Jan Berting, Aitzepa Leizaola, Miren Egana, Matteo Rivoira

Paris, éditions du CTHS
2012
p. 50-57

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Les invasions biologiques perturbent l'univers sous-marin : elles bouleversent les aires de répartition des différentes espèces tout en modifiant les activités humaines qui s’exercent sur le territoire considéré. Elles fonctionnent ainsi, pour citer Mary Douglas, comme autant d'« anomalies » qui remettent en cause l'ordre traditionnel. À Cancale, au nord de la Bretagne, c'est le cas de la crépidule, un mollusque implanté depuis quelques décennies et accusé de recomposer, par son action envahissante, le paysage sous-marin. Présentée comme une concurrente des espèces cultivées, la crépidule aurait chassé les conchyliculteurs et les pêcheurs de leurs lieux d’activité habituels en les obligeant à localiser autrement, dans la baie, la pêche et l’élevage. Les projets de traitement et de valorisation de ce « nouveau venu » contribuent aussi, à leur tour, à la transformation du cadre environnemental. Entre description objective et perceptions, observations et interprétations, l’enjeu réside dans une (re)mise en ordre du paysage dont on cherchera à reconstituer la logique et les motivations.