Archéogéographie des réseaux viaires sud-vendéens : une lecture multiscalaire et diachronique du paysage routier
2012
Magali Watteaux

Extrait de : "Le Paysage des réseaux : les routes historiques (édition électronique)"
Sous la direction de Denis Menjot
135e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Neuchâtel, 2010
Textes de Olivier Bruand, Sophie Jourdin, Jean-Louis Kerouanton, Florent Laroche, Luigi Lorenzetti, Vincent Marchal, Alain Mélo, Christian Sumi, Magali Watteaux
Éditions du CTHS
2012
p. 25-39
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Cet article présente les résultats d’une thèse d’archéogéographie portant, entre autres, sur les réseaux routiers dans le sud de la Vendée. Il s’agissait d’étudier leur logique spatio-temporelle et de comprendre leur relation avec le paysage agraire. L’accent a été mis sur la complexité des relations entre les différents niveaux de formes composant les réseaux (itinéraire, tracé, modelé) et sur la longue durée. Un certain nombre de faits ont été mis en évidence, aux échelles suprarégionale (Centre-Ouest), départementale, locale et microlocale, grâce à des méthodologies adaptées, fondées sur des sources variées (planimétriques et archéologiques). Un exemple est détaillé, qui illustre cette démarche multiscalaire et diachronique. Cette approche a ainsi permis de replacer les chemins sud-vendéens dans des réseaux de plus petite échelle qui leur donnent sens et d’enrichir l’histoire routière vendéenne, jusque-là réduite à quelques tronçons antiques ou aux routes napoléoniennes.