Modélisation numérique et interprétation d’un paysage portuaire : les réseaux du port de Nantes au début du XXe siècle
2012
Jean-Louis Kerouanton, Sophie Jourdin et Florent Laroche

Extrait de : "Le Paysage des réseaux : les routes historiques (édition électronique)"
Sous la direction de Denis Menjot
135e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Neuchâtel, 2010
Textes de Olivier Bruand, Sophie Jourdin, Jean-Louis Kerouanton, Florent Laroche, Luigi Lorenzetti, Vincent Marchal, Alain Mélo, Christian Sumi, Magali Watteaux
Éditions du CTHS
2012
p. 73-80
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Grand port de la façade atlantique mais difficile d’accès au fond de l’estuaire de la Loire, Nantes a toujours eu besoin de valoriser son image maritime. À un moment où, grâce à un grand canal latéral, les possibilités de navigation y paraissaient confortées, la chambre de commerce de la ville a décidé de commander une maquette du port pour en démontrer les qualités et le dynamisme. Établie pour l’Exposition universelle de 1900, elle a été mise à jour jusqu’à la Première Guerre. La modélisation numérique de cette maquette du port, conservée au musée du château des Ducs de Bretagne, permet l’analyse historique de la situation industrielle et portuaire du début du XXe siècle en prolongement de la ville ancienne. Au-delà d’une simple « photographie » en trois dimensions, il s’agit de montrer comment la conjugaison informatique des données topographiques et documentaires permet l’interprétation des grandes unités du paysage industriel dans leurs logiques de circulation et d’échange.