L’autoroute, un axe paysager structurant pour le portrait de ville ? Regards croisés sur Beaune et Villefranche-sur-Saône depuis l’autoroute du Soleil
2012
Vincent Marchal

Extrait de : "Le Paysage des réseaux : les routes historiques (édition électronique)"
Sous la direction de Denis Menjot
135e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Neuchâtel, 2010
Textes de Olivier Bruand, Sophie Jourdin, Jean-Louis Kerouanton, Florent Laroche, Luigi Lorenzetti, Vincent Marchal, Alain Mélo, Christian Sumi, Magali Watteaux
Éditions du CTHS
2012
p. 81-108
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Sur l’autoroute du Soleil, Beaune et Villefranche-sur-Saône marquent deux temps forts : trois liaisons d’importance européenne se rejoignent à Beaune, tandis que Villefranche est souvent associée au péage qui précède l’agglomération lyonnaise. Les deux villes, de dimension moyenne, ont plusieurs points communs : site de contact entre plaine et talus, ancienneté de la fonction de passage, rôle du vignoble dans l’histoire et l’identité urbaine... Comparer les séquences paysagères de deux villes situées sur le même axe autoroutier est l’occasion de cerner à quelles conditions le paysage vu depuis cette infrastructure peut (re)devenir un vecteur de marketing urbain. Importance et intérêt des fenêtres paysagères, part du paysage banal et des symboles identitaires dans le portrait de territoire sont les prérequis pour que la vision autoroutière devienne un corridor d’intérêt esthétique. Mais les analyses montrent que la force de l’« effet vitrine » dépend fortement de la personnalité territoriale et du besoin de promotion paysagère : à Beaune, zones d’activités, panoramas et aires de service sont en accord avec l’identité bourguignonne – vignoble et tourisme obligent –, alors que la séquence paysagère caladoise offre moins d’originalité, signe d’un profil plus industriel et de banlieues plus denses.