Communiquer en image au Moyen Âge : structure littéraire et composition spatiale des programmes religieux monumentaux. Exemples lyonnais
2012
Nicolas Reveyron

Extrait de : "Images, textes et concepts (édition électronique)"
Sous la direction de Jean-René Gaborit
132e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Arles, 2007
Textes d'Anne-Marie Barbier, Pascal Barraillé, Matthieu Dubost, Julie Féougier, Robyn Fréchet, Marita Gilli, Éric Hold, Sandrine Krikorian, Yuan-Ju Li, Jean-Jacques Lucas, Tommaso Meldolesi, Pierre Michelin, Nicolas Reveyron, Klaus Speidel, Roger Texier
Éditions du CTHS
2012
p. 23-37
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Les travaux de Jacques Baschet, Jean-Claude Bonne ou Yves Christe, pour ne prendre que ces exemples, ont montré combien, en termes de sens, les programmes iconographiques monumentaux sont tributaires de leur insertion dans une architecture, quelque forme qu’ils prennent (verrière, peinture, sculpture...). Les édifices où ils sont intégrés leur confèrent à la fois de fortes connotations (espaces profanes, lieux de sacralité...) et une spatialité qui les structure (disposition libre, linéaire, en symétrie, en répétition...). Les rares programmes iconographiques médiévaux conservés à Lyon révèlent l’extraordinaire prégnance de cette dualité dans la construction d’un « message » à l’attention des clercs et des fidèles. Ils ont permis d’identifier, derrière la disposition spatiale des images, des règles issues de la rhétorique et de la composition littéraire. En cela, un programme iconographique monumental est une vaste image-texte, accessible pour tous, en soi et à plusieurs niveaux de lecture – on pense ici aux quatre sens de l’Écriture chers à Henri de Lubac.