Un auteur et ses images : question de priorités et de précédents. Le cas de Francesco da Barberino et les Documenti d’Amore
2012
Robyn Fréchet

Extrait de : "Images, textes et concepts (édition électronique)"
Sous la direction de Jean-René Gaborit
132e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Arles, 2007
Textes d'Anne-Marie Barbier, Pascal Barraillé, Matthieu Dubost, Julie Féougier, Robyn Fréchet, Marita Gilli, Éric Hold, Sandrine Krikorian, Yuan-Ju Li, Jean-Jacques Lucas, Tommaso Meldolesi, Pierre Michelin, Nicolas Reveyron, Klaus Speidel, Roger Texier
Éditions du CTHS
2012
p. 39-49
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

L’œuvre de notre auteur se consacre à l’analyse de la vertu telle qu’elle se présente au début du XIVe siècle dans les villes de prédilection qu’il fréquentait en Italie du Nord, notamment à Florence, Bologne et Venise. Au début de sa carrière de notaire, il confectionne un manuel spirituel afin de régler ses habitudes quotidiennes ; il s’agit de l’Officiolum, le tout premier livre d’heures, identifié fort récemment grâce à une vente chez Christie’s Rome. Ce livre spirituel à usage quotidien l’aidera dans l’élaboration, bien plus tard, de son grand projet littéraire sur les mœurs, construit en douze épisodes dont chacun célèbre les qualités d’une dame parmi les vertus. Rangées par ordre ascendant de valeur, ces vertus personnifiées s’appuient sur l’omniprésence de l’Amor qui montre la voie vers les mœurs dignes de son identité.