Représentations de la magie dans l’Epistre Othea de Christine de Pizan : étude comparée du rapport texte-images dans les manuscrits (Paris, BNF, Fr. 606 et Beauvais, bibl. mun. 9)
2012
Anne-Marie Barbier

Extrait de : "Images, textes et concepts (édition électronique)"
Sous la direction de Jean-René Gaborit
132e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Arles, 2007
Textes d'Anne-Marie Barbier, Pascal Barraillé, Matthieu Dubost, Julie Féougier, Robyn Fréchet, Marita Gilli, Éric Hold, Sandrine Krikorian, Yuan-Ju Li, Jean-Jacques Lucas, Tommaso Meldolesi, Pierre Michelin, Nicolas Reveyron, Klaus Speidel, Roger Texier
Éditions du CTHS
2012
p. 51-63
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

L’Epistre Othea, composée vers 1400, est une œuvre dans laquelle Christine de Pizan se propose d’édifier les jeunes chevaliers et de conseiller les princes. Dans le texte [39], l’auteur approuve l’interdiction de recourir à la magie et aux sorciers en vue de guérir des maladies. Valorisant l’autorité d’Esculape, l’illustration des deux manuscrits s’accorde avec le texte. En revanche, celle qui, dans le Ms. BNF, Fr. 606, accompagne le texte [54] relatif à Jason, ne figure pas les procédés magiques évoqués verbalement, alors qu’ils sont représentés dans celui de Beauvais. Le texte [39] et ses illustrations reflètent un contexte marqué par la folie du roi et l’interdiction de l’Église de recourir à des remèdes illicites. La mise en perspective de la figuration insolite de Jason suggère que Christine a associé, dans le Ms. BNF, Fr. 606, la figuration traditionnelle de Jason au texte blâmant sa conduite, de façon délibérée, dans une intention moralisatrice.