Des plaisirs de la chère aux plaisirs de la chair : le dérèglement des sens dans l’iconographie des Contes illustrés de La Fontaine
2012
Sandrine Krikorian

Extrait de : "Images, textes et concepts (édition électronique)"
Sous la direction de Jean-René Gaborit
132e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Arles, 2007
Textes d'Anne-Marie Barbier, Pascal Barraillé, Matthieu Dubost, Julie Féougier, Robyn Fréchet, Marita Gilli, Éric Hold, Sandrine Krikorian, Yuan-Ju Li, Jean-Jacques Lucas, Tommaso Meldolesi, Pierre Michelin, Nicolas Reveyron, Klaus Speidel, Roger Texier
Éditions du CTHS
2012
p. 107-119
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

L’iconographie des Contes de Jean de La Fontaine (1621-1695), qui fait l’objet de la présente étude, est issue de l’édition des fermiers généraux parue en 1762, soit plus d’un demi-siècle après l’écriture des textes. Son corpus est centré sur l’association des plaisirs de la table et du libertinage. Les Contes illustrés qui servent ce message mettent en évidence le vers de Térence « Sine Cerere et Libero friget Venus ». Ainsi, le choix d’illustrer certains passages ou la correspondance entre l’iconographie et le texte permet de comprendre comment l’image est composée selon cette idée et quels sont les codes qui traduisent une suggestion sexuelle, permise ou encouragée par une débauche gastronomique. Cette notion s’articule autour de deux axes : la diversité liée au changement de partenaire et/ou de mets, et la duperie qui transparaît à travers le cocuage auquel s’adonnent les personnages.