Prendre nom aux Antilles
Individu et appartenances (XVIIe-XIXe siècle) - 2013
Vincent Cousseau
ISBN : 978-2-7355-0783-2
448 p. | 15 x 22 cm | br.
Collection : CTHS Histoire
N° dans la collection : 50
Code Sodis : F30849.2
commander l'ouvrage [prix : 28,00 €]
Du XVIIe siècle à 1848, la Martinique – comme la Guadeloupe et les îles de colonisation française de la Caraïbe – voit se développer sur son sol un modèle radicalement nouveau fondé sur l’exploitation esclavagiste. Sur plus de deux siècles, se façonne une société créole où hommes, femmes et enfants se distinguent par leur statut juridique et leur couleur de peau. L’ouvrage de Vincent Cousseau offre un regard original sur la population antillaise d’Ancien Régime en proposant l’analyse du prénom comme clé de lecture. Véritable miroir social, le nom (de baptême ou d’usage, le sobriquet ou le surnom) pose avec acuité la question des échanges culturels et de la transmission. C’est une histoire faite de destins individuels et collectifs, de petits messages délivrés et de contraintes subies, que nous révèlent les Pierre, Césaire, Rose, Marie Arada et Liberto...
Comptes rendus parus dans la presse :
France O
18/01/2013
Invitation de Vincent Cousseau au journal télévisé de France Ô, le 18 janvier 2013 à 12h30.

Mondes et Cultures - Académie des sciences d'outre-mer
01/10/2013 - Bruno Delmas
Extrait du compte-rendu paru dans la revue Mondes et Cultures de l'Académie des sciences d'outre-mer :

"L’ouvrage de Vincent Cousseau a pour originalité de se fonder sur l’analyse des prénoms à la Martinique, du XVIIe à la première moitié du XIXe siècle, comme clé de lecture de la société martiniquaise d’Ancien régime. Il s’appuie sur un corpus de sources d’une rare ampleur. Registres paroissiaux peut-être lacunaires, mais remontant à 1666, continués par les registres d’état civil au XIXe siècle, registres d’esclaves, permettant le traitement de 32 000 actes et complétés par de nombreuses autres sources."

Compte-rendu intégral à consulter à l'adresse suivante : http://www.academieoutremer.fr/images/files/Prendre-nom-Antilles-(58_799).pdf

Annales. Histoire, Sciences sociales
28/02/2014 - Bernard Gainot
Extrait du compte-rendu paru dans les Annales (68e année - n°4; octobre-décembre 2013), pp. 1181-1182 :

Cette publication est le résultat de la réécriture de la thèse soutenue par l'auteur sous la direction de Danielle Bégot qui en a rédigé la préface. Son travail a remporté le concours de thèses du Comité des travaux historiques et scientifiques. Le projet, original, est d'analyser le système de dénomination pour observer la société martiniquaise coloniale dans sa période esclavagiste. Vincent Cousseau a mis au point sa méthode d'analyse pour l'étude de paroisses de l'Ouest français, qu'il transpose ici à la Martinique avec une tout autre ampleur, se fondant sur les registres paroissiaux, dont les plus anciens remontent à 1666, les registres d'état civil du XIXe siècle (la Martinique n'a pas connu la première abolition de l'esclavage, puisqu'elle était sous occupation anglaise en 1794) et les registres d'esclaves (...). Par-delà l'étude de cas d'une société coloniale appréhendée sur la longue durée, ce travail constitue une approche novatrice de l'histoire sociale.

Annales de démographie historique
18/03/2014 - Etienne Couriol
Extrait du compte-rendu paru dans les Annales de démographie historiques (2013, n° 2) :

"La richesse des thèmes abordés et la précision des analyses invitent à la lecture tout historien travaillant sur la famille. Les Antilles sont géographiquement à la marge de notre vieille Europe ; les enjeux soulevés par V. Cousseau la remettent au centre de notre réflexion."