L’image du mineur. Une approche historique (XIXe-XXe siècle)
2012
Pascal Raggi

Extrait de : "Métiers et statuts sociaux : les représentations (édition électronique)"
Sous la direction de Dominique Barjot et Christophe Réveillard
132e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Arles, 2007
Textes de Danielle Arribet-Deroin, Séverine Ferraro, Régis Huguenin, Emmanuelle Humblot-Corbel, Jung-In Kim, David Lamoureux, Frédéric Maguet, André Marbach, Pascal Raggi
Éditions du CTHS
2012
p. 51-61
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

En France, du XIXe au XXe siècle, l’image du métier de mineur évolue en liaison avec les transformations économiques et sociales du pays. Ses métamorphoses traduisent une modification profonde de l’expérience individuelle et collective du travail des ouvriers des mines, consécutive à la fois aux avancées technologiques et aux évolutions du rôle de ces travailleurs dans la société française. Elle est aussi tributaire des changements de mentalité ; en effet, le glissement d’une forme de représentation à une autre obéit à des logiques de reconnaissance ou de non-reconnaissance du groupe professionnel et social constitué par les mineurs. L’analyse de l’iconographie grand public, mais également celle – moins connue – diffusée au sein de leur milieu professionnel (affiches de sécurité notamment) et le recours à des sources littéraires et journalistiques permettent la mise en relief de ce phénomène. Des œuvres d’Émile Zola au Petit Mineur du générique d’avant-film des salles de cinéma, il apparaît que les stéréotypes qui représentent la profession ont été produits et diffusés dans le corps social français de façon polymorphe. Néanmoins, l’évocation de la persistance d’une vision archaïsante de la profession doit aussi montrer la continuité d’une forme de symbolique minière apparue avec l’industrialisation.