Frédéric Bazille (1841-1870), un impressionniste méconnu
2012
Michèle Pallier

Extrait de : "La biographie d'artistes (édition électronique)"
Sous la direction de Dominique Poulot ; 134e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Bordeaux, 2009

Françoise Gatouillat, Jean René Gaborit, Aude de Vogüé, Raphaëlle Baume, Laurence Danguy, Myriam Juan, Sandra Costa, Eva Bouillo, Laurence Machet, Michèle Pallier, Muriel Laharie, Frédérique Dubard de Gaillarbois

Paris, Éditions du CTHS
2012
p. 102-111
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Ce peintre partagea avec Monet, Renoir, Manet, Sisley, Cézanne, les débuts difficiles de l’Impressionnisme. Ses toiles sont au Musée d’Orsay et sur les cimaises de nombreux musées américains. Pourtant, il n’est connu que des historiens d’art et des amateurs éclairés. À Montpellier, sa ville natale, on retrouve sa trace dans les lieux où il a vécu et qu’il a peints. Le Musée Fabre, qui possède une dizaine des soixante cinq toiles qu’il a peintes, lui consacre une salle, et on peut reconnaître ses traits dans plusieurs œuvres du statuaire Baussan. Mais c’est surtout la petite ville de Beaune la Rolande, où sergent de zouaves, il a trouvé la mort au cours des combats de la guerre de 1870, qui en garde le souvenir d’une façon exemplaire au travers de monuments et des nombreux édifices qui portent son nom. Cette communication a pour but de montrer comment la municipalité de cette petite ville du Loiret et sa Société d’Histoire ont peu à peu illustré le souvenir de ce peintre mort si prématurément et conservé sa mémoire.