La guerre de Monseigneur. Discours et pratiques urbaines autour de la guerre du prince : l’exemple de Dijon, Lille et Douai au XVe siècle
2012
Cécile Becchia

Extrait de : "Faire la guerre, faire la paix : approches sémantiques et ambiguïtés terminologiques (édition électronique)"
Sous la direction d'Isabelle Chave
136e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Perpignan, 2011
Textes de Cécile Becchia, Jean-Paul Callède, Typhaine Cann, Catherine Chadefaud, François Clément, Christian C. Emig, Christiane Gachignard, Alexandra Gallo, Jean-Marcel Goger, Bruno Guérard, Pierre Larcher, Jérôme Louis, Élisabeth Malamut, Christophe Masson, Philippe Mauget, Jacques Puyaubert, Laurent Quisefit, Jean-François de Raymond, Stéphane Soupiron
Éditions du CTHS
2012
p. 127-137
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Cet article interroge la manière dont la guerre du prince s’inscrit dans la vie politique des villes flamandes et bourguignonnes du XVe siècle (alors même qu’elle se déroule souvent loin de leurs murs) et constitue dès lors, avec son pendant éventuel, la paix, un objet d’élaboration discursive, de négociation et de communication entre pouvoirs urbains et pouvoir ducal. Loin d’être une occasion de repli sur elle-même, comme peut l’être un danger imminent, la participation symbolique et effective de la Ville à des campagnes militaires souvent lointaines est pour elle une occasion d’ouverture et d’échanges multipliés.