La poche de La Rochelle : la convention d’octobre 1944 et son impact
2012
Christiane Gachignard

Extrait de : "Faire la guerre, faire la paix : approches sémantiques et ambiguïtés terminologiques (édition électronique)"
Sous la direction d'Isabelle Chave
136e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Perpignan, 2011
Textes de Cécile Becchia, Jean-Paul Callède, Typhaine Cann, Catherine Chadefaud, François Clément, Christian C. Emig, Christiane Gachignard, Alexandra Gallo, Jean-Marcel Goger, Bruno Guérard, Pierre Larcher, Jérôme Louis, Élisabeth Malamut, Christophe Masson, Philippe Mauget, Jacques Puyaubert, Laurent Quisefit, Jean-François de Raymond, Stéphane Soupiron
Éditions du CTHS
2012
p. 221-232
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Le titre de cet article pourrait aussi prendre la forme d’une question : comment dialogue et combats se superposent-ils et quel fut leur rôle dans la préservation de la ville ? L’été 1944, pour les Français, est synonyme de Libération, sauf pour les points désignés par Hitler à « défendre jusqu’au dernier homme ». La Rochelle, avec sa base sous-marine, fut l’une de ces poches. Des événements dramatiques se produisirent mais, malgré les déterminations réciproques, une rencontre entre l’envoyé du colonel Adeline, le capitaine de frégate Meyer et le vice-amiral allemand Schirlitz aboutit à l’élaboration d’une convention qui fixe des lignes de siège. Le général de Larminat, commandant du détachement Armée de l’Atlantique, ne voulut pas se sentir lié par cet accord, dont les troupes sur le terrain n’eurent pas connaissance. Cependant, contacts et négociations permirent l’organisation du maintien de la population et donc d’une résistance interne. Pour la mémoire de la guerre à La Rochelle, cet épisode n’apparaît pas primordial malgré sa place dans les archives, mémoires et témoignages, repris dans différents articles et documentaires audiovisuels.