Les Marchands londoniens et la diplomatie anglaise face au siège de Calais de 1436
2012
Laure Gevertz

Extrait de : "Commerce et économie dans la guerre et la paix (édition électronique)"
Sous la direction de Jean Duma
136e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Perpignan, 2011

Jean Duma, Laure Gevertz, Olivier Caporossi, Robert Chamboredon, Christophe Gobert, Boris Deschanel, Nathalie Cabanas
Paris, Éditions du CTHS
2012
p. 7-14
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Conquise en 1347, la ville de Calais possède une grande importance stratégique sur le plan politique et économique pour l’Angleterre : elle constitue une position militaire avancée sur le continent et elle centralise tout le commerce de la laine, le principal produit d’exportation du royaume. Cet article se propose d’étudier le changement d’attitude des marchands londoniens face à la guerre lorsque le duc de Bourgogne décide en 1436 d’assiéger ce port, menaçant du même coup la sécurité du pays et ses intérêts commerciaux. Alors que les acteurs économiques ne jouaient jusque-là qu’un rôle indirect et limité dans le financement des campagnes militaires et la définition de la politique étrangère, ils s’engagent désormais activement dans les combats en envoyant des hommes et des armes pour aider à repousser les troupes bourguignonnes et occupent ensuite une place de premier plan lors des négociations de paix qui aboutissent à la signature de deux entrecours en 1439 et 1445.