Vue de Cadix : la guerre pour horizon et toile de fond (1748-1786)
2012
Robert Chamboredon

Extrait de : "Commerce et économie dans la guerre et la paix (édition électronique)"
Sous la direction de Jean Duma
136e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Perpignan, 2011

Jean Duma, Laure Gevertz, Olivier Caporossi, Robert Chamboredon, Christophe Gobert, Boris Deschanel, Nathalie Cabanas
Paris, Éditions du CTHS
2012
p. 24-34
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

C’est peu dire que la guerre fut omniprésente à Cadix, ce pôle essentiel du négoce international qui, après avoir détrôné Séville à la fin du xviie siècle, conserva jusqu’en 1778 le quasi-monopole des échanges entre l’Espagne et l’empire américain de cette dernière.
À travers les archives privées d’une entreprise qui figura parmi les plus importantes de la nation française du port andalou – la société dirigée successivement par les familles languedociennes Gilly et Fornier – il est avéré que la guerre fut un souci permanent dans la deuxième moitié du xviiie siècle.
Redoutée, désirée, elle révèle, à travers la correspondance des négociants, des attitudes, des comportements ambivalents, avec un pragmatisme de bon ton et le souci de parvenir à s’adapter à une conjoncture de guerre extrêmement prégnante, qui complique l’activité marchande et opère une sélection impitoyable entre les sociétés présentes dans le port andalou