La vision de Rodin au travers de ses biographes : réflexions pour une historiographie de la sculpture
2012
Catherine Chevillot

Extrait de : "Le Monument aux grands hommes et à leur action (édition électronique)"
Sous la direction de Dominique Poulot
134e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Bordeaux, 2009
Textes de Catherine Chevillot, Marie-Laure Crosnier-Leconte, Claire Garcia, Françoise Lecocq, Florine Vital-Durand
Éditions du CTHS
2012
p. 35-45
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Entre 1900 et 1940, la sculpture subit de telles mutations que son histoire modifie la perception de l’œuvre de Rodin. D’abord vu autour de 1900 comme celui qui a redonné vie à la sculpture, il devient bientôt assimilé à l’impressionnisme dont l’art moderne doit combattre les composantes jugées mortifères (destruction de la forme, perte de la monumentalité). L’évolution des catégories dans lesquelles on classe Rodin reflète en réalité l’idée que l’on se fait de ce que doit être la sculpture moderne.